jeudi 10 avril 2014

Il faut empêcher les vaches de roter



Contrairement aux idées reçues, ce sont les rots des bovins qui dégagent du méthane et non leurs pets. Cette mise en bouche appétissante étant faite, voyons comment le président américain Barack Obama compte limiter les émanations sonores et gazeuses des vaches d'ici 2020.

L’objectif fixé par le président des USA d'ici 2020 est de parvenir à diminuer de 17 % les émissions de gaz à effet de serre des USA. Comme ce pays n'est pas encore prêt à renoncer à ses gros pick-up et leurs gros V8 essence, il faut trouver autre chose.

Le gaz visé, entre autres, par cet objectif est le méthane (CH4), gaz à effet de serre 24 fois plus puissant que le Co2 et tous les ruminants en émettent une quantité respectable, y compris les humain(e)s qui mâchent leurs chewing-gum à qui mieux mieux. Concernant les USA, le méthane représente quand même 9 % des des émissions de gaz à effet de serre.

Pour empêcher ces bestioles d'émaner, des scientifiques se sont attelés à cette problématique en étudiant une éventuelle vache du futur. En gros, la vache qui n'émettra plus de gaz à effet de serre, sera bouffable par l’homme, alimentée par des produits que l’homme ne mange pas et, le plus important, qui saura se tenir à table sans roter après chaque plat.

C'est bien sur l'alimentation des bovins que les recherchent se dirigent, et pas seulement aux USA. L'idéal serait de trouver une molécule ayant un effet sur les microbes qui produisent le méthane. Les recherches visent aussi la sélection génétique des animaux qui ne tarderont pas à devenir des OGM.

Il existe en Asie des études sur un vaccin qui agirait directement sur les microbes à l’origine de la production de méthane. Mais d'autres pistes sont aussi étudiées, telle celle développée en Argentine ou des scientifiques projettent de récupérer les émissions dans un sac à dos à gaz à bovins. Le Filtre A Particules des diesels convertit aux bovins en quelque sorte.

Espérons juste que, vu le coût de ces études, elles n'iront pas de mal en pis !