lundi 31 mars 2014

Les couacs des élections municipales


Les élections municipales sont heureusement terminées et les médias vont arrêter de nous bassiner avec ça. Malgré tout, quelques heurts se sont produits ici et là, comme sur tout bon ring de boxe qui se respecte. Petite revue des matchs qui se sont déroulés hier.

Forbach, Moselle : le maire PS a été réélu au détriment du candidat FN. Ce dernier aurait fait l'objet de menaces mais sans coups. Ce candidat aurait même traité quelqu'un de "pauvre type", une personne qui refusait de lui serrer la main. Oui, le FN a changé car Sarkozy disait, lui, "Casse toi, pauvre con."

Tourcoing, Nord : le maire PS sortant a découvert dans son ex-ville des tags insultants à son égard. Il paraît qu'il a passé la nuit d'avant les élections à les effacer à l'aide d'une Spontex.

Bondy, Seine Saint Denis : une personne affiliée à l'UMP aurait été visée par un jet de bouteille lancée par une personne bourée. De quoi elle se plaint, elle pouvait boire un coup gratis, surtout que la droite a perdu dans cette ville.

Département de la Loire : irrégularités de scrutin et annulations en vue. Plusieurs candidats seraient déclarés inéligibles par la justice, les morts ayant votés en plus grand nombre qu'ils ne sont dans les cimetières.

Etrechy, Essonne : peut-être bien la plus bourde de ces élections. Le candidat FN a évoqué une erreur d'impression sur sa liste municipale. 10 candidats au lieu de 12 figuraient sur cette liste. On espère que le FN n'a pas payé la facture de l'imprimeur.

Agen, Lot & Garonne : pour terminer, le maire de cette ville, réélu, a obtenu une voix de trop pour sa victoire. 31 personnes votaient, 32 bulletins ont été comptés. Le mystère reste entier mais certains ont déjà attribué ce fait curieux au PS qui aurait retrouvé un vieux candidat pour le faire voter, histoire de faire barrage au FN.

Comme quoi, quand on veut s'en donner la peine, les élections peuvent aussi être drôles...