vendredi 16 mai 2014

Automobile : concept-cars révolutionnaires

Réservés en priorité aux salons pour montrer le savoir-faire des constructeurs dans différents domaines, les concept-cars ne passent que rarement le stade de la production de série. Voici quelques-uns de ces prototypes qui ont marqué leur époque respective.

1947, Timbs Special : conçu par Norman E. Timbs, ce concept affichait une aérodynamique record et était même dépourvu de portières !

1932, Ford Speedster : la principale innovation de cet ancien concept ne se voit pas de l'extérieur car c'est la première automobile à avoir adopté le... bouton de démarrage ! Il suffisait d'appuyer dessus pour lancer le moteur, révolutionnaire à l'époque des manivelles.

1934, Voisin C-25 Aerodyne : présenté au salon automobile de Paris, ce prototype français exhibait des formes aérodynamiques très rares pour l'époque.

1942, Oeuf électrique : oeuvre de l'ingénieur français Paul Arzens, cette mini-citadine avant l'heure était destinée à son usage personnel. Visionnaire, cette voiture toute électrique était dotée d'une autonomie de 90 km et pouvait atteindre 60 km/h en pointe. 

1935, Bugatti Aerolithe : une merveille d'esthétisme et d'aérodynamique signée par le plus prestigieux des constructeurs français de l'époque. Son dessin général se retrouvera sur la non-moins splendide Type 57SC Atlantic de 1938

1951, GM LeSabre : selon General Motors, ce prototype proposait une expérience mobile, un projet flexible. Plus simplement, ses designers s'inspiraient de l'aéronautique en proposant un tableau de bord façon cockpit d'avion, des sièges chauffants et même des capteurs de pluie qui déclenchaient les essuie-glaces automatiquement, à l'image d'un équipement commun de nos jours.

2010, Porsche 918 Spyder Concept : annonciateur de la version de série, cette hyper-car est hybride essence/électricité et procure des performances de très haut niveau pour une consommation (réelle) de carburant bien faible.

1941, Chyrsler Thunderbolt : surnommée voiture de l'avenir, sa carrosserie était entièrement en aluminium. Associée à une aérodynamique de pointe, elle garantissait une faible consommation de carburant et des performances de haut vol. Cinq modèles furent construits et vendus.

1970, Ferrari Pininfarina 512 S Modulo : ligne en coin et anguleuse typique des années 70, elle reprenait la base mécanique de la Ferrari 512 BB et son flamboyant 12 cylindres à plat. Le plus de ce concept était son cockpit extérieur englobant les portières et le pare-brise, le tout coulissant vers l'avant pour accéder à l'habitacle.

1959 Cadillac Cyclone : inspiré elle-aussi de l'aéronautique, elle se donnait des airs de roquette, surtout à l'avant.

2001, BMW Gina : sa coque utilise l'aluminium et le carbone tandis que l'intérieur est composé de tissu tendu. Sa ligne annonçait le futur Z4 de série.

1948, Tasco : conçue par Gordon Buehrig pour la firme The American Sports Car Company (alias Tasco), ce prototype bizarre était doté d'ailes avant attachées aux roues et qui tournaient en même temps qu'elles. L'intérêt de cette trouvaille n'a jamais été démontré...

1956, Buick Centurion : le seul intérêt de ce concept était sa... caméra de recul ! Cet équipement commun de nos jours était un brin compliqué pour l'époque. Il était constitué d'une caméra dotée d'une lentille spéciale montée à l'arrière du véhicule, transmettant ses prises de vue à un écran cathodique de 6 pouces installé sur le tableau de bord. Très en avance sur son temps !

1955, Ghia Gilda : carrossier italien de nos jours propriété de Ford, Ghia s'était associé à Chrysler pour réaliser ce prototype très inspiré de l'aviation.

1936, Stout Scarab : l'ancêtre de tous les monospaces modernes ! L'habitacle était doté de sièges qui pivotaient sur 180°, la banquette arrière pouvait se transformer en un véritable canapé et une table pliante faisait office de bureau devant ce même canapé. De plus, cet intérieur était totalement personnalisable selon le souhait du futur client.

1954 GM Firebird I : le seul intérêt de ce prototype de General Motors était sa turbine à gaz, censée remplacer le moteur thermique traditionnel. Ce qui ne s'est jamais fait en série.

1970, Lancia Stratos HF Zero : conçu et dessiné par le célèbre Bertone, ce prototype était doté de la mécanique de la Lancia Fulvia, un V4 essence. La "vraie" Stratos, qui régnera sur les rallyes mondiaux, s'inspirera vaguement de cette ligne en coin mais n'aura rien d'autre en commun.